Chronique #117 : Je suis fille de rage – Jean-Laurent Del Socorro #PLIB2020

IMG_20191112_124356AuteurJean-Laurent Del Socorro

Éditeur : ActuSF

Genre : Historique / Fantastique

Nombre de pages : 560 pages

Résumé : 1861 : la guerre de Sécession vient de commencer. Du général Grant à la simple soldate, de la forceuse de blocus à l’esclave affranchie… Autant de personnages pour décrire tous les visages de cette Amérique ensanglantée pendant quatre années de conflit.

La mort se réincarne pour arpenter ce Nord et ce Sud qui se déchirent. Elle va faire face à celui qui la convoque, le président Abraham Lincoln, pour lui faire comprendre que cette guerre doit désormais épouser une cause plus grande : celle de l’abolition de l’esclavage.

Ce livre est pré-sélectionné au PLIB 2020.


Mon avis :

Les hurlements d’un homme qui agonise sont les mêmes, quelle que soit la couleur de son uniforme ou de sa peau.

jesuisfillederageFaut-il encore présenter Jean-Laurent Del Socorro ? Ses deux premiers romans Royaume de vent et de colères (la première chronique publiée sur ce blog!) et Boudicca ont été des coups de cœur pour moi ; et c’est avec une hâte non dissimulée que je me suis ruée sur la lecture de celui-ci dès qu’il est arrivé chez moi !

Comme dans ses précédents romans on se concentre sur une période historique précise agrémentée de touches de fantastique assez légère. La période historique choisie cette fois-ci ? La guerre de Sécession ! La touche de fantastique utilisée ici est le personnage de La Mort sans cesse aux côtés de Lincoln afin de compter le nombre de morts causés par cette guerre ; en effet alors que Lincoln est retranché dans son bureau la Mort n’aura de cesse, pendant les quatre années de conflit, d’inscrire d’un trait blanc chaque décès sur les murs du bureau (niveau culpabilisation du bonhomme on est pas mal !). 

L’humanité restera à jamais un mystère pour moi. Vous trouvez toujours le temps pour vous tuer. Jamais pour vivre.

En dehors de ce face à face on va suivre une fresque de généraux, de simples soldats, d’esclaves, etc… de chaque côté de la ligne de front et suivre l’avancée (ou non) de cette guerre et ses ravages. On est plongé au cœur du conflit au milieu de la boue et du sang avec les jeunes (et moins jeunes) recrues. On suit les prises de décision (ou les non prises de décisions) des généraux. Et tous ces différents point de vue sont passionnants et fascinants. J’ai adoré en découvrir plus sur cette guerre (que je ne connaissais finalement qu’à travers des films ou séries américaines).

Aujourd’hui nous avons tout perdu : des vies, l’espoir de nous réconcilier et du temps […]. Et notre humanité, enfin, si l’on peut encore en avoir quand on commande à des êtres vivants d’en tuer d’autres.

A travers cette guerre on nous parle bien sur de morts, de combats, mais aussi de liberté, de racisme, de famille, de féminisme (j’ai appris qu’il y avait des femmes soldates à cette époque!), et même d’homosexualité.

Les réactions sont immédiates. Les cris offusqués me font bien comprendre qu’ici, je ne suis pas à ma place. Je suis une femme dans une assemblée d’hommes. Et si j’en doutais encore, il n’y a toujours pas de noir sur le drapeau américain.

[…]

Il ne peuvent pas croire que leur héros soit cette petite femme noire de quarante ans aux traits grossiers.

Ce beau bébé de 560 pages se lit tout seul, les chapitres sont extrêmement courts, la plume extrêmement fluide, belle, élégante, etc (j’ai pas les mots mais je suis fan !) comme pour les deux autres romans de l’auteur. J’ai marqué un nombre très important de citations (mon livre est constellé de post-it), la lettre de Coraline à son père est un coup de cœur.

Tu peux me renier. En revanche, ne dis jamais que je ne te ressemble pas, car je suis bien ton enfant. L’héritière de ta colère. Ta fille de rage.

Bref jamais deux sans trois, ce troisième opus est encore un coup de cœur ! On ne peux qu’admirer le travail de recherche et de retranscription qui est fait par l’auteur, l’ajout de traductions de vrais textes historiques, de lettres envoyées par les généraux entre eux ou à leurs femmes est un énorme plus ! Je m’en vais de ce pas me pencher sur la liste de films/livres proposée en fin de roman par l’auteur.

Ma note : 18/20

Une fresque historique époustouflante et passionnante ! Fascinante.

Ce roman est sans conteste dans ma sélection pour le PLIB2020 !

#ISBN9782366294774

5 réflexions sur “Chronique #117 : Je suis fille de rage – Jean-Laurent Del Socorro #PLIB2020

  1. Ping : Le PLIB 2020 : c’est reparti pour une année ! #PLIB2020 – Lectures d'A

  2. Ping : Mes livres chroniqués – Lectures d'A

  3. Ping : Je suis fille de rage – Jean-Laurent Del Socorro – Au pays des Cave Trolls

  4. Ping : #PLIB2020 : Mes 20 pré-sélectionnés – Lectures d'A

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s