Chronique #66 : Raisons Obscures de Amélie Antoine

IMG_20190318_173250Autrice : Amélie Antoine

Éditeur : XO Editions

Genre : Contemporain / Thriller

Nombre de pages : 378 pages

Résumé (réduit car je le trouve assez spoilant…) : Deux familles ordinaires à l’heure de la rentrée scolaire. Deux familles où chacun masque et tait les problèmes pour ne pas inquiéter les autres. Chez les Kessler, la mère a retrouvé son premier amour. Chez les Mariani, le père est mis à l’écart dans son entreprise. Deux familles où règnent les secrets. […] Deux familles où, en apparence, tout va bien. Jusqu’à ce que tout déraille… Pour des raisons obscures.


raisonsobscuresMon avis : Tout d’abord je remercie la maison d’édition et Netgalley pour l’envoi de ce SP.

Une lecture claque, un livre coup de poing.

On plonge dans la vie de deux familles pendant une année. On vit tout d’abord cette année scolaire du point de vue des parents puis dans la seconde partie du point de vue de leurs adolescentes. Cette deuxième partie est beaucoup plus sombre, plus dure, poignante, étouffante.

Amélie Antoine décrit avec une réalité totale la vie de famille, les rapports enfants/parents, frères/sœurs on s’y croit totalement. Les rapports entre adolescents sont également criants de vérité.

Ce livre m’a touché au plus profond, m’a remué, m’a fait pleurer, m’a fait haïr certains personnages… Que de choses ont refait surface en moi à la lecture de ce livre, je me rends compte que finalement certaines choses sont encore là en moi, juste plus enfoui qu’avant, mais toujours présentes.

Ma note : 19/20, un livre coup de poing qui a fortement résonné en moi. Je vous invite tous à découvrir ce livre criant de vérité qui nous démontre une fois de plus que le manque de communication peut avoir de terribles conséquences…

J’ai un autre livre de l’autrice dans ma PAL : Les silences que j’espère pouvoir découvrir rapidement car j’ai adoré celui-ci !



ATTENTION SPOIL DE LA THÉMATIQUE  (Mais si vous avez lu la 4ème de couverture de la maison d’édition vous savez déjà ce qu’il en est… ET J’AI BESOIN D’EN PARLER et de vous partager ces citations qui ont tellement fait écho…)

J’ai énormément retrouvée l’adolescente que j’étais en Orlane pour avoir vécu une situation très proche (mais heureusement pour moi ce n’est pas allé aussi loin). Quelque part je me suis rendu compte de la « chance » que j’ai eu d’avoir fait mes années collège à un temps où le téléphone portable était encore très peu présent, pouvant tout couper en rentrant chez moi, pouvant réellement me réfugier, alors que pour Orlane même loin du collège quand elle reçoit en permanence des SMS et autres messages via les réseaux sociaux… Il y a tant de ses réflexions qui ont fait écho en moi, qui m’ont renvoyées 10-15 ans en arrière… Et ouah… C’était dur mais cathartique.


Citations : (qui pour plusieurs d’entre elles auraient pu être prise dans mon carnet d’adolescente…)

Détendez-vous, y a pas mort d’homme, on ne fait que rigoler un peu pour passer le temps.

Que n’ai-je trop entendu cette phrase, le problème c’est que tout le monde ne rit pas… Et qu‘il serait bien plus sain de rire avec que rire de…

Moi contre elles, elles contre moi. Sans même qu’il y ait de véritables motifs à cette haine aussi étrange que brutale.

Que j’en avais marre que tout le monde me lâche, que personne ne se soucie de moi, ni m’aime suffisamment fort pour se rendre compte que je n’allais pas si bien que ça.

C’est un peu comme si je jouais à chat perché et que la maison était mon refuge éphémère pour quinze jours. Je sais qu’après, il faudra que je sorte à nouveau affronter l’extérieur, qu’il n’y a aucun autre choix, malheureusement.

Toujours, je me sens acculée, piégée, persécutée.

Si j’attise autant de haine, c’est forcément ma faute, c’est forcément que j’ai fait quelque chose de travers, qu’il y a un truc qui cloche chez moi.

Je voudrais être quelqu’un d’autre, n’importe qui ; n’importe qui,  mais pas moi.

C’est comme si d’immenses mâchoires se refermaient sur moi et me broyaient sans que quiconque s’en aperçoive. Comme si j’étais à la fois transparente pour ceux qui pourraient peut-être me protéger, et aussi visible que le nez au milieu de la figure pour ceux qui ont décidé de s’en prendre à moi.

Quand j’y pense, ça me semble normal de ne pas vouloir raconter tout ça à papa ou maman. Savoir comme on me traite leur ferait de la peine, c’est sûr. […] J’ai honte de ne pas être celle qu’il faudrait. J’ai honte que ce soit tombé sur moi, j’ai honte d’être haïe comme ça.

Ça changerait quoi, au juste, si je n’avais jamais existé ? Et même, ça changerait quoi, pour les autres, si je n’existait plus ? Une vie, une minuscule et insignifiante vie parmi des milliards….

netgalley

5 réflexions sur “Chronique #66 : Raisons Obscures de Amélie Antoine

  1. Ping : Mes livres chroniqués – Lectures d'A

  2. Ping : La semaine à 1000 pages : Mars 2019 – Lectures d'A

  3. Ping : Point Lecture Mars 2019 – Lectures d'A

  4. Ping : Amélie Antoine – Raisons obscures | Sin City

  5. Ping : Mes 5 meilleures lectures de ce début 2019 – Lectures d'A

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s