Chronique #64 : Par le vent pleuré de Ron Rash

IMG_20190312_123807_398Auteur : Ron Rash

Éditeur : Points (7.00 €)

Genre : Contemporain / Roman noir

Nombre de pages :  240 pages

Résumé : Dans une petite ville paisible au cœur des Appalaches, la rivière vient de déposer sur la grève une poignée d’ossements, ayant appartenu à une jeune femme. Elle s’appelait Ligeia, et personne n’avait plus entendu parler d’elle depuis un demi-siècle. 1967 : le summer of love. Ligeia débarque de Floride avec l’insouciance et la sensualité de sa jeunesse, avide de plaisirs et de liberté. C’est l’époque des communautés hippies, du Vietnam, de la drogue, du sexe et du Grateful Dead. Deux frères, Bill et Eugene, qui vivent bien loin de ces révolutions, sous la coupe d’un grand-père tyrannique et conservateur, vont se laisser séduire par Ligeia la sirène et emporter dans le tourbillon des tentations. Le temps d’une saison, la jeune fille bouleversera de fond en comble leur relation, leur vision du monde, et scellera à jamais leur destin – avant de disparaître aussi subitement qu’elle était apparue. À son macabre retour, les deux frères vont devoir rendre des comptes au fantôme de leur passé, et à leur propre conscience, rejouant sur fond de paysages grandioses l’éternelle confrontation d’Abel et de Caïn.


parleventpleuréMon avis : Un condensé de Ron Rash dans ce livre : des relations familiales tendues, voire malsaines, une nature omniprésente et une atmosphère lourde, pesante. Par le vent pleuré est l’histoire d’un été où deux frères vont rencontrés Ligeia, jeune naïade avide de plaisirs en tout genre. Elle fera découvrir au plus jeune l’amour, la sexualité, l’alcool…. C’est l’histoire d’une rivalité entre deux frères exacerbée depuis toujours par leur grand-père qui idéalise le premier et exècre le second. Et c’est aussi l’histoire d’un meurtre à élucider.

La plume de Ron Rash est comme toujours sublime, poétique, elle nous transporte dans cette Amérique profonde, au bord de la rivière et nous fait rêver de liberté comme ces jeunes il y a cinquante ans.

Ma note : 16/20, un dépaysement complet entre le thriller et le roman initiatique qui nous laisse encore quelques questions en suspens une fois terminé.

3 réflexions sur “Chronique #64 : Par le vent pleuré de Ron Rash

  1. Ping : Mes livres chroniqués – Lectures d'A

  2. Ping : Chronique #67 : Un silence brutal de Ron Rash – Lectures d'A

  3. Ping : Point Lecture Mars 2019 – Lectures d'A

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s