Chronique #53 : Le Dieu-Oiseau d’Aurélie Wellenstein #PLIB2019

IMG_20190203_152857.png

Autrice : Aurélie Wellenstein

Éditeur : Scrineo (16.90€)

Genre : Fantasy

Nombre de pages : 352 pages

Résumé : Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires. Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Sa seule perspective d’avenir est de participer à la compétition de «l’homme-oiseau», afin de renverser l’équilibre des pouvoirs en place et de se venger. Qui du maître ou de l’esclave va remporter la bataille ? Quel enjeu pour les habitants de l’île ? Quel est le prix à payer pour la victoire ?

ledieuoiseauMon avis : Je ne partais pas forcément avec les meilleures dispositions en commençant ce livre. Je n’en avais pas entendu que du bien (principale critique vue : trop de violence gratuite) et j’avais été plutôt déçue lors de ma lecture du Roi des Fauves de la même autrice il y a quelques mois où je trouvais là aussi un peu de violence qui n’apportais pas grand chose à l’histoire à mon goût et surtout une histoire et une fin qui allait beaucoup trop vite.

Disons le tout de suite : j’ai bien plus aimé cette lecture que celle du Roi des Fauves ! Certes la violence est bien présente et ce dès le départ :

Oui, alors qu’on violait sa mère et a petite sœur, alors qu’on dévorait son père, Faolan avait eu la vie sauve parce qu’il avait les yeux bleus.

mais je m’attendais à bien pire. Oui il y a des scènes violentes mais principalement dans les souvenirs de Foalan. Je ne les trouve pas suffisamment explicites pour me choquer, j’ai vu bien pire ! Je n’ai trouvé ses aventures ni trashs ni gores contrairement aux échos que j’avais pu en avoir. … 

Faolan est rongé par un désir de vengeance et fera tout pour le remplir. J’ai aimé son évolution au fur et à mesure de ses aventures et l’univers créé par l’autrice. Plus que ses aventures c’est surtout l’évolution de sa psychologie qui m’a intéressé, comment il essaie de s’ouvrir aux autres, à faire confiance malgré son état de stress post-traumatique évident.

Par contre encore une fois je trouve que la fin va beaucoup trop vite et n’est pas assez explicite / expliquée. J’en aurais voulu encore plus sur la psychologie du personnage principal, sur ses choix finaux… ce qui était déjà mon principal reproche pour le Roi des Fauves.

Ma note : 17/20, j’ai beaucoup aimé cette lecture, le fait de rentrer dans la tête du personnage principal, mais un fois de plus une fin trop rapide à mon goût.

Hâte de découvrir le nouvel ouvrage d’Aurélie Wellenstein à paraître mi-mars !

 

#PLIB2019 #ISBN9782367405827 #ISBN:9782367405827

Publicités

5 réflexions sur “Chronique #53 : Le Dieu-Oiseau d’Aurélie Wellenstein #PLIB2019

  1. Ping : Mes 5 finalistes pour le #PLIB2019 – Lectures d'A

  2. Ping : Point Lecture Février 2019 – Lectures d'A

  3. Ping : #PLIB 2019 : Le récap’ – Lectures d'A

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s